Dimanche 15 juillet 2018

Premier réveil à Fredericton et la nuit a été plutôt bonne. Le petit déjeuner se fait un peu au feeling, self-service dans la partie du frigo qui nous est réservée. Rien de bien terrible, avouons-le. Nous avons un peu l’impression de tomber comme un cheveu dans la soupe et ne savons pas trop où nous installer, aucune table n’étant dressée. Il faudra s’y faire, nous passons 3 nuits en tout ici…

La journée s’annonce chaude et nous décidons de partir à la découverte de Fredericton. Nous marquons notre désormais traditionnel arrêt à l’office du tourisme qui n’ouvre qu’à 10 heures.

Mini K profite en attendant d’un piano mis à disposition sur la place pour s’exercer à quelques mélodies. Par chance, il s’agit d’un piano électrique dont le volume est réglable !

Mister K se munit d’un plan et nous concocte un petit parcours découverte des principales curiosités de la ville. Nous passons ainsi à proximité de l’école d’art et de design et avons la chance de voir plusieurs étudiants à l’œuvre, qui disposent d’une sorte d’atelier/boutique en face de l’école. Mini K se montre particulièrement intéressé par deux étudiants qui travaillent le bois et le transforment en rames et en masques.

Nous nous dirigeons ensuite vers la place des Officiers où doit avoir lieu la relève de la garde à 11 heures. Nous patientons un moment sur un banc tandis que le festival d’hier semble toujours en cours. On ne sait pas trop à vrai dire tant il n’y a personne…

Un joueur de cornemuse s’entraîne à proximité en vue de la relève de la garde. Il finit par disparaître pour revenir ensuite en musique sur la place, accompagné de gardes vêtus d’un casque blanc, d’une veste rouge et d’un pantalon noir. Cette relève de la garde relève plus du folklore qu’autre chose, et il faut bien avouer que cela se ressent dans les costumes et dans l’allure générale des troupes dont certains figurants sont particulièrement jeunes. Les voilà qui se mettent à défiler au pas au son de la cornemuse et du tambour. Les voilà mêmes qui se livrent à une petite démonstration de tir, au grand dam de Miss K, mais pour le plus grand plaisir des garçons !

La relève terminée, nous nous dirigeons vers la grande passerelle piétonne qui rejoint l’autre rive du fleuve Saint-Jean.

Nous repérons une bien jolie micro-brasserie avec terrasse (Picaroons) et envisageons d’y manger, mais elle sert uniquement à boire. Nous nous contentons donc d’une petite pause sur les célèbres chaises rouges tandis que Mini K s’exerce à l’empilement de cailloux.

Nous retraversons ensuite la passerelle et regagnons le centre pour manger chez Isaac’s way, un petit restaurant particulièrement cosy où nous nous régalons d’un plat à base de produits locaux. L’eau fraîche est systématiquement offerte et nous l’apprécions d’autant plus qu’il fait bien chaud aujourd’hui !

Une demi-journée s’avérant suffisante pour nous permettre de voir ce que nous souhaitions voir de Fredericton, nous décidons de quitter la ville et de nous diriger vers le parc provincial Mactaquac. Nous pensions initialement faire de l’accrobranche, mais atterrissons finalement à la plage où nous restons une bonne heure à l’ombre bienfaisante des arbres pendant que Mini K se lance dans de grandes constructions au bord de l’eau.

Nous l’extirpons de son élément de prédilection et partons en quête d’une carte des différentes promenades disponibles sur le site. L’une d’elle nous invite plus particulièrement à partir à la découverte d’un ancien barrage de castors. Les sentiers recouverts d’écorces de bois sont très agréables, on croirait marcher sur de la mousse ! Après quelques minutes de marche, nous découvrons la zone inondée suite à la construction du barrage par les castors. Ces derniers ont quitté les lieux faute d’y trouver encore de la nourriture, laissant derrière eux un paysage d’arbres morts pour le moins désolé mais tellement plein de vie à la fois. Nénuphars, grenouilles et libellules ajoutent en effet une touche sonore et de couleur à la grisaille ambiante.

Pour parfaire notre découverte, nous décidons de pousser la promenade jusqu’au nouveau barrage des castors. Sans toutefois parvenir à le localiser réellement ni même à apercevoir le moindre animal.

Nous rentrons donc bredouille et regagnons la voiture pour rentrer. Un petit détour par le supermarché et nous nous arrêtons à la plaine de jeu voisine de la maison pour souper et permettre à Mini K de se défouler.

Retour au bercail pour un bon dodo ! A demain !

Pour d’autres photos, c’est ici que cela se passe !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.