Lundi 2 juillet 2018

Réveil matinal après une nuit un peu difficile. Miss K fait une réaction aux piqûres de moustiques et les démangeaisons la tiennent éveillée une partie de la nuit. Un passage à la pharmacie s’impose, en croisant les doigts pour en trouver une ouverte en ce lundi férié pour les Canadiens.

Nous profitons d’un délicieux petit déjeuner à la française (les propriétaires du B&B sont originaires du Nord-Ouest de la France) avec deux autres couples de Québécois forts sympathiques, dont un a vécu trois ans à Woluwe-Saint-Lambert, monsieur étant militaire à l’Otan. Le monde est petit !

Première étape du jour, la pharmacie Jean Coutu heureusement ouverte ! Miss K s’y fait conseiller et fait l’acquisition d’un nouvel anti-moustiques que nous espérons plus efficace sur nous que le premier.

Notre deuxième objectif n’est autre que le Village Historique Acadien, musée à ciel ouvert retraçant la vie des Acadiens dans la péninsule au fil du temps. Nous nous y rendons en empruntant la route côtière, histoire de profiter au maximum des paysages de la région.

Nous arrivons au village peu après l’ouverture et sommes immédiatement plongés dans la vie d’antan. Des figurants en habits d’époque occupent des maisons acadiennes de différentes provenances et époques disséminées sur le site et nous racontent avec passion et avec leur accent chantant (et parfois difficile à comprendre) leur vie, l’évolution des habitations, ce qu’ils mangeaient, leurs activités, … Nous assistons à la préparation du pain, des repas, à une démonstration de ferronnerie, … Mini K apprécie particulièrement les démonstrations pratiques et les animaux présents en nombre sur le site. Il est un rien moins réceptif aux explications, l’accent étant un réel obstacle à sa compréhension.

Nous décidons de pousser la découverte en testant un repas de midi traditionnel. Soupe aux pois pour les uns, fricassée au bœuf pour les autres, tarte à la rhubarbe et poutine au pain (= pain perdu) en dessert. De quoi nous redonner des forces pour poursuivre la visite !

Une belle expérience que nous ponctuons, une fois de retour dans les temps modernes, par un petit tour en voiture ancienne qui nous ramène à l’entrée.

Il est près de 14 heures quand nous regagnons le parking et prenons la route de notre ultime étape du jour, le bout de la péninsule. Nous nous aventurons en l’occurrence sur des terres particulièrement isolées. Certaines maisons en front de mer valent clairement le détour, mais les conditions de vie l’hiver doivent y être particulièrement rudes.

Nous nous arrêtons un instant à Sainte-Cécile pour jeter un coup d’œil à l’église repérée par Mister K et apparemment réputée pour ses fresques. Pour le coup, on ne sait pas trop si c’est l’isolement ou l’abus de vin de messe, mais le concept est un peu surréaliste ! Des couleurs pastels, la peinture faite à la bombe, des plafonds qui évoquent (dixit la brochure) des ballons et des gâteaux d’anniversaires, … Une gentille dame nous invite à monter pour apprécier le tout du jubé, ce que nous ne manquons pas de faire pour tenter de comprendre…en vain.

Nous poursuivons notre route jusqu’à Miscou. Il est malheureusement trop tôt pour s’arrêter à La terrasse à Steve (une institution dans la région pour manger des fruits de mer en provenance directe des pêcheurs), mais nous poussons la curiosité jusqu’au bout de la péninsule afin d’en admirer le phare. Alors qu’une belle journée était annoncée, nous plafonnons à 16 degrés et le vent forcit. Nous renonçons à grimper au sommet du phare (faute d’argent liquide) et nous réfugions dans le café voisin pour un petit chocolat chaud.

Nous revenons ensuite sur nos pas et nous marquons plusieurs arrêts : à un point d’observation des oiseaux, sur un sentier de découverte de la tourbière (sorte de boucle en caillebotis), sur la plage de l’île de Miscou et enfin, pour apprécier le joli phare de Grande-Anse aux couleurs de l’Acadie, où ne retrouvons enfin un beau soleil.

Vous noterez qu’il n’est nullement question de football dans ce récit alors que c’était jour de match pour nos Diables ! Mister K a mordu sur sa chique ! C’est que le wifi n’est pas forcément disponible partout dans les coins reculés du Canada !

Nous terminons la soirée au pub Joey’s de Bathurst où nous nous régalons d’un très bon repas servi par la sympathique Cheryl.

Rapide détour par la plage de Youghall, située à quelques centaines de mètres du gîte, en guise de pause digestive avant de regagner la chambre pour un repos bien mérité !

Profitez bien du confort de votre lit, on vous réserve une petite surprise demain !

Pour d’autres photos, c’est ici que cela se passe !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.