Vendredi 13 mai 2016

Réveil un peu difficile dans notre camping-car… Le GSM a sonné à 7 heures, mais nous aurions bien paressé un peu plus longtemps…

Vous allez croire qu’on dort mal dans un camping-car. Ce n’est pas que la literie n’est pas bonne (on se fait même plutôt bien à l’étroitesse du lit), mais c’est que le vent écossais est particulièrement vigoureux et que notre camping-car lui offre de la surface contre laquelle se heurter ! ;o)

Le ciel est bien gris quand nous ouvrons les stores, c’est qu’on prend vite le pli de notre soleil du matin ! Mais il y a une constante depuis quelques jours : le vent ! Particulièrement piquant et glaçant aujourd’hui.

Nous sommes particulièrement efficaces ce matin et bouclons la routine lever/douche/petit déjeuner en une grosse heure, ce qui nous laisse largement le temps de nous rendre à Anstruther par la route côtière pour aller prendre le bateau jusque l’île de May.

Nous laissons notre K-mobile sur le parking du port, allons prendre les renseignements, acheter les billets et préparer notre pique-nique avant de rejoindre le bateau – chaudement habillés – pour le départ à 11 heures 30.

Il faut compter une heure pour rejoindre l’île quand les conditions sont bonnes, mais la mer semble particulièrement agitée ce jour (les sorties d’hier et d’avant-hier ont d’ailleurs été annulées – malgré le beau temps – en raison de vents trop violents).

Nous larguons les amarres pile à l’heure et l’embarcation tangue rapidement sérieusement, l’eau s’infiltrant parfois même sous nos pieds. Mini K est d’un coup particulièrement calme voire quelque peu inquiet. Mister K tente quant à lui de fixer l’horizon pour rester digne. Il faut dire que l’équipage commence à distribuer des sacs à vomi à gauche à droite.

Mais voila que dans toute cette agitation, Mini K s’est endormi, serré contre Miss K…

Plus nous approchons de l’île de May, plus les oiseaux se font nombreux. Mouettes, macareux, fous de bassan, sternes, volent à la surface de l’eau à la recherche de nourriture.

Et tandis que nous contournons l’île pour accoster, c’est toute une colonie de phoques gris qui se présentent à nous, affalés sur les rochers.

IMG_4569Blog

IMG_4573Blog

La promenade sur l’île s’avère d’ores et déjà prometteuse!

Une guide naturaliste nous accueille à la sortie du bateau pour nous livrer quelques explications sur l’île et la faune qui la peuple. Nous partons ensuite librement à sa découverte, jumelles et appareil photo en main.

IMG_4598Blog

IMG_4606Blog

Les oiseaux sont absolument partout. Dans le ciel, perchés en équilibre instable sur les rochers ou à même le sol à quelques cm du sentier. Certains ont déjà pondu, d’autres pouponnent déjà ou s’accouplent seulement, s’affairent à construire un nid ou arrivent à peine. Ils se font entendre dans un grand brouhaha qui doit être plus impressionnant encore une fois tous les oisillons nés.

Nous nous posons un moment pour manger sur un banc à l’abri du vent derrière le phare et repartons de plus belle explorer les moindres recoins de l’île, ou du moins tout ce qu’il nous est possible d’observer en 3 heures de temps, le bateau repartant à 15h30.

Tiens, revoici les phoques, vus d’en haut cette fois ! Et puis ce promontoire sur lequel nous décidons de monter juste avant de filer reprendre le bateau. On en viendrait presque à rêver que la mer est trop agitée pour passer la nuit sur l’île et poursuivre nos observations…

IMG_4625Blog

IMG_4630Blog

IMG_4638Blog

IMG_4643Blog

IMG_4584Blog

IMG_4593Blog

IMG_4659Blog

Mais il faut déjà regagner le quai et embarquer pour un retour au port un rien moins mouvementé, la tête pleine d’images (dont ces macareux que nous rêvions de voir depuis un moment déjà après les avoir loupés en Gaspésie et en Islande) et avec l’impression d’avoir vécu une véritable parenthèse privilégiée.

Nous récupérons notre K-mobile sur le parking et revenons sur nos pas en direction de la petite ville de St Andrews, berceau du golf.

Cette petite ville universitaire est particulièrement jolie et plutôt bourgeoise. Pas de chance, le site de la cathédrale et du vieux cimetière ferment au moment même où nous y posons les pieds, mais ils peuvent en grande partie être admirés de l’extérieur au travers des grilles, tout comme le château, fermé lui aussi.

IMG_4679Blog

IMG_4680Blog

IMG_4682Blog

IMG_4683Blog

Nous laissons nos pas nous guider du côté de l’université et apprécions l’harmonie architecturale qui règne dans la ville.

IMG_4684Blog

IMG_4685Blog

Mais une fois de plus, le temps nous rattrape et nous regagnons le camping-car pour filer le long de la côte s’installer pour la nuit.

Pas de chance, les camping-cars ne sont pas autorisés à passer la nuit sur le parking repéré par Mister K entre le golf et la mer. Nous longeons donc la côte à la recherche d’un petit coin sympathique, mais tous les parkings en front de mer affichent clairement « No overnight camping« …

Nous essuyons ainsi plusieurs échecs, tentons même notre chance sur le parking d’un golf et décidons finalement de revenir au port où nous avions pris le bateau… Il nous fallait bien un peu de malchance en ce vendredi 13 ! ;o)

Miss K n’a pas le courage de cuisiner vu la fatigue et l’heure tardive. Ce soir, ce sera fish&chips dans le camping-car face à la mer, à l’instar de nombreux Ecossais chaudement installés dans leur voiture et qui ne voient pas d’un bon oeil l’arrivée de notre volumineux camping-car qui vient leur boucher la vue.

Nous nous couchons sans trop tarder avec la mer pour voisine et, au loin, le ronronnement des moteurs des jeunes venus exposer leurs bolides dans les rues du port.

Notre trajet du jour :

J10

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.