Jeudi 18 août 2016

 

Buongiorno ! Ahah ! On vous sent tous impatients de savoir si la nuit a été bruyante ou pas ! (comment ça, pas du tout ?! ;o)) Eh bien, malgré la chaussée plus que passante, le bruit des voitures s’est avéré plutôt discret une fois la fenêtre fermée (et nous avions la clim, ce qui ne gâche rien ! ;o))

Du coup, à part deux réveils nocturnes sponsorisés par Mini K, nous avons plutôt bien dormi et avons hâte de découvrir ce à quoi peut ressembler un petit déjeuner italien…

 

Au menu, un plat de fruits, des toasts, de la confiture, des yaourts et une grande assiette remplie de biscuits et gâteaux italiens ! Miss K qui se disait en manque de sucré est servie ! De quoi se faire un pic de glycémie à 9 heures du matin ! ;o) Mais que c’est bon !

Le soleil brille quand nous quittons la Casa Dodic. L’Italie, c’est déjà fini pour cette fois. Direction la Riviera slovène à quelques kilomètres pour une petite journée au bord de la mer Adriatique.

 

Premier arrêt à Isola, petite station balnéaire avec sa plage de galets. Il est encore tôt, mais les baigneurs et vacanciers sont déjà nombreux dans l’eau et sur leurs serviettes. Enfin, ‘nombreux’, tout est relatif. On est tout de même loin des plages bondées de la mer du Nord. Mais vu l’absence de plage à proprement parler, les gens sont installés un peu partout, ce qui apporte une touche un peu surréaliste au lieu.

 

Nous commençons par longer la mer et faisons demi-tour en passant par les jolies petites ruelles du centre ville avant de revenir à un endroit stratégique repéré au préalable pour permettre à Mini K de se baigner. Une sorte de mini pataugeoire en fait délimitée dans la mer par un muret en béton. De l’eau et des cailloux, le niveau d’excitation est à son comble chez les moins d’1m10 ! ;o)

Nous laissons Mini K s’ébattre un moment et l’extirpons tant bien que mal de l’eau, en lui promettant d’autres baignades, et poursuivons notre route vers Portoroz.

 

Le contraste entre les deux stations est assez frappant… À Portoroz, point de plage de galets, mais une jetée en béton contre laquelle viennent se heurter les vaguelettes. Et le seul sable présent est celui de ‘pseudo-plages’ privées sur lesquelles louer un transat et un parasol… Mouais…

 

Il est passé midi et le soleil tape dur. Les garçons en profitent pour piquer une tête dans la mer pendant que Miss K prend le soleil. Même constat qu’à Isola, les gens s’installent un peu partout sur la digue en béton. Et que les complexés du maillot se rassurent, jeunes – vieux, ronds – filiformes, chacun prend plaisir sans se cacher !

Après ce petit rafraîchissement, il est temps de casser la croûte. Nous décidons de pique-niquer près de la voiture avant de reprendre la route. Manger un pistolet face au Palace hôtel de Portoroz, avouez que ça le fait ! ;o)

 

Prochaine étape, et non des moindres, la station balnéaire de Piran, la plus touristique (dans le bon sens du terme) de la Riviera.

Nous laissons la voiture dans un parking un peu excentré et loupons de peu la navette gratuite qui emmène les gens au centre ville, faute de pouvoir y caser notre poussette tant elle est bondée… Tant pis, nous irons à pied ! Nous longeons ainsi la mer et sa jetée en béton sur laquelle quelques personnes sont déjà installées. L’eau est limpide, on aurait presque envie de s’y jeter vu les températures tropicales ! Mais nous avons cette fois laissé les maillots dans la voiture…

Nous atteignons finalement assez rapidement le centre ville, longeons la petite marina et poussons la curiosité jusqu’à la jolie petite église à la pointe de la ville que la luminosité estivale rend particulièrement belle et agréable.

À l’instar d’Isola et de Portoroz, les serviettes des baigneurs fleurissent un peu partout sur le béton et dans les rochers du front de mer, même une fois dans la ville ! Plutôt étonnant, mais pourquoi pas après tout !? Et puis, ils sont disséminés tout le long du parcours, sans le moindre effet de masse, du coup ça passe !

 

Nous laissons nos pas nous guider dans les petites ruelles et jetons nos dernières forces dans la montée vers l’église, juchée sur son promontoire qui offre un magnifique panorama sur la ville. C’est qu’on aime voir nos efforts récompensés ! ;o)

 

Et nous profitons même d’une double récompense en savourant une bonne glace à l’ombre d’un parasol une fois redescendus sur la place centrale.

 

Nous oublions l’idée de reprendre la navette pour rejoindre la voiture et profitons d’une dernière promenade le long de la mer avant de mettre les voiles.

Deux heures de route nous séparent de notre dernière étape du jour, l’hôtel Rimske Terme à Rimske Toplice.

 

Voilà bien longtemps que nous n’avons pas séjourné à l’hôtel durant nos vacances. Mais nous avons cette fois décidé de déroger à la règle histoire de profiter des piscines et de la formule demi-pension, bien plus pratique que l’incessante quête d’un endroit où manger avec Mini K.

 

Nous quittons donc la côte pour nous immerger dans la campagne slovène, verdoyante et vallonnée, paisible et comme sortie d’un autre temps. Nous pouvons admirer à loisir les granges en bois typiques, les séchoirs à foin, les petites maisons aux allures de chalet. L’agriculture et l’élevage semblent ici se faire à petite échelle.

Après avoir longuement longé la rivière Sava, nous finissons par poser nos valises vers 19 heures dans ce qui sera notre camp de base pour 3 nuits. Un site thermal en fait constitué de 3 hôtels (le Sofijin Dvor en ce qui nous concerne) et déniché via Sunjet.

 

Nous nous enregistrons à la réception, grimpons jusqu’au dixième étage et découvrons la chambre – que dis-je, la suite royale ! – qui nous a été réservée ! Une petite suite avec chambre parentale et canapé-lit dans le gigantesque salon pour Mini K ! Nous avons littéralement annexé le dernier étage de la tour du Rimske Terme !!!

Notre Suite Royale ! ;o)

Cette incroyable découverte nous a donné faim, pas vous ? Nous filons donc au restaurant buffet pour souper avant de rejoindre nos appartements. Miss K s’offre même le luxe d’une petite reconnaissance nocturne à la piscine. On n’a que le bien qu’on se fait !

 

A demain ! ;o)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.