Jeudi 27 juillet 2017

Cette fois, c’était vraiment le dernier dodo à Soldeu… Miss K a même programmé un réveil pour l’occasion, histoire d’avoir le temps de boucler les valises et de ne pas quitter l’hôtel trop tard… On se planquerait bien dans un coin pour rester un peu plus longtemps, mais on ne voudrait pas manquer notre dernier petit déjeuner…!

Nous choisissons soigneusement notre place près de la fenêtre pour s’imprégner une dernière fois de ces paysages montagnards qui se sont offerts à nous pendant ces 10 jours. Mini K salue son ami Félix le serveur et nous faisons un dernier crochet par la chambre avant le check-out pour s’assurer que nous n’avons rien oublié…

Changement d’itinéraire par rapport à l’aller, nous décidons cette fois d’emprunter le col du Pas de la Case et non pas le tunnel pour rejoindre la France. Les paysages sont une nouvelle fois magnifiques, peuplés de vaches et de chevaux qui paissent tranquillement au doux tintement des cloches.

Petit arrêt au Pas de la Case pour une dernière parenthèse shopping détaxé. Comme le dit si bien le Petit Futé, ne considérez pas que vous avez vu l’Andorre si vous avez été au Pas de la Case, ville frontalière très prisée des Français et particulièrement inintéressante architecturalement parlant ! Ahah !

Nous nous joignons ensuite à la masse de voitures qui franchissent quotidiennement la frontière et regagnons la France, sous le soleil cette fois !

Si le chapitre andorran se termine, un nouveau s’ouvre dont l’action principale se situe à Toulouse, la ville rose, où nous arrivons vers 14h30. Nous logeons à l’hôtel Mercure, un rien excentré.

Nous n’avons que l’après-midi pour une première approche de la ville et Mister K se charge de nous concocter un parcours basé sur l’itinéraire proposé par le Guide vert et les informations glanées auprès du réceptionniste de l’hôtel : les nombreuses églises, les ruelles, le Capitole, les quais de la Garonne où nous nous posons un moment à la Guinguette pour manger une glace, le jardin des plantes et sa plaine de jeux, …

La ville est belle et se laisse très facilement découvrir, mais la transition nous paraît d’un coup bien marquée avec l’Andorre où tout est propre, paisible, sans mendiants, …

Nous hésitons sur le choix du restaurant pour le souper et finissons par nous poser chez « Mon Canard« , restaurant du sud-ouest recommandé par le réceptionniste et spécialisé, vous l’aurez deviné, dans le canard ! Un choix que nous ne regrettons absolument pas, d’un très bon rapport qualité-prix et à l’écart des attrape-touristes.

C’est donc fatigués d’avoir parcouru près de 10 km à pieds dans la ville et repus que nous rejoignons l’hôtel situé à 10 minutes à peine.

On se retrouve demain pour poursuivre notre lente remontée vers le Nord.

Plus de photos ici !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.